Contrat d’Assurance Vie

L’assurance vie représente une garantie d’épargne non seulement au niveau des placements et de leurs avantages fiscaux, mais également en ce qui concerne la transmission patrimoniale. Cette couverture représente une assurance des personnes. Il s’agit, à la fin d’un contrat d’origine, de percevoir des intérêts résultants de votre versement (en plus de récupérer cette dite somme). Evidemment, les établissements financiers tirent avantage des frais de gestion et de versement. Elle peut être comparée à l’assurance complémentaire santé.

Généralement, la souscription d’une assurance vie permet de faire fructifier des fonds dans le but de compléter sa retraite, prévoir une bourse financière destinée à sa descendance ou simplement de constituer un capital effectif sur le long terme pour lancer un projet immobilier ou professionnel. Un contrat d’assurance vie doit avoir une durée déterminée à la souscription, reconductible ou non selon les contrats.

Attention cependant à ne pas confondre l’assurance vie avec une assurance décès, destinée à assurer et protéger vos proches en cas décès.

Souscrire à une Assurance Vie

L’assurance vie représente un support plus intéressant et plus rentable que le plan d’épargne actions, à condition de savoir choisir le bon contrat. Lorsque vous souscrivez à un contrat d’assurance vie, trois options peuvent s’offrir à vous :

– Support d’investissement en euros : La somme investie se trouve être garantie et majorée d’intérêts prévus pour le contrat (allant de 3% à 6%). Il reste sécurisé et rapporte plus d’argent que les produits monétaires.

– Support d’investissement en unités de compte (actions, bien immobiliers…). A noter que les sommes investies en unités de compte ne sont pas garanties.

– Investissement multi-support (euros et unités de compte)

Lors de la signature d’un contrat d’assurance vie, la présence de plusieurs acteurs est obligatoire afin d’en assurer le bon déroulement. Ainsi, sera exigée la présence du souscripteur, personne physique ou morale qui souscrit au contrat, l’assuré, personne sur laquelle repose le contrat d’assurance, le bénéficiaire, qui se trouvera être généralement le souscripteur ou un bénéficiaire acceptant et l’assureur, qui s’engagera à verser le capital conformément aux clauses du contrat.

Selon le mode de gestion choisi par le souscripteur, la valeur des répartitions des actifs peut être effectuée soit par des experts financiers, soit par le souscripteur lui-même. De plus, certains frais habituels sont à prévoir, comme les frais d’entrée, les frais de gestion administratifs ou encore les frais de dossier. Le souscripteur peut également faire appel à un courtier en assurance afin de bénéficier de contrats à frais réduits (frais d’entrée et de gestion gratuits).

Assurance vie en cas de décès

En cas de décès prématuré survenant avant la fin de votre contrat d’assurance vie, celui-ci se trouvera être transmit à vos bénéficiaires (femme, enfants…) qui hériteront alors de votre somme d’investissement d’origine ainsi que des intérêts générés. En effet, l’assurance vie permet d’optimiser les possibilités établies dans le but de favoriser votre succession. De plus, l’assurance vie n’est pas sujette aux règles de partage de l’héritage, vous laissant entièrement libre de vos choix. Globalement, il s’agit d’une forme de contrat d’assurance décès disposant d’une contre-assurance visant au remboursement total des primes versées durant la durée du contrat. Il reste également possible de racheter son contrat avant l’échéance.