Les essais cliniques se trouvent être particulièrement encadrés, et ce principalement par la loi Huriet de 1988. Ainsi, il convient de prendre un certain nombre de mesures obligatoires en termes d’assurance dans le but de protéger non seulement le chef de projet ou le manager de test cliniques, mais également les clients ou volontaires faisant l’objet de ces différents tests.

Caractéristiques de l’assurance essai clinique

L’assurance essai clinique permet d’offrir une protection mutuelle lors de la pratique volontaire d’études scientifiques visant à tester l’efficacité d’un nouveau médicament ou d’un traitement médical dans le cadre de développements. Ainsi, pour le professionnel en charge de mener à bien les essais cliniques, il convient de souscrire à une assurance dans le but de protéger son organisation en cas d’accident pouvant entraîner des litiges avec un client (un accident pouvant rapidement causer des pertes financières non négligeables, en plus d’une détérioration certaine de l’image de l’entreprise concernée).

En effet, l’assurance responsabilité civile essai clinique permet de couvrir l’ensemble des dommages causés par les différents tests menés. Si des dommages venaient à être déclarés, les participants ou les clients se verraient être indemnisés et protégés (les participants volontaires devant eux aussi souscrire à ce type d’assurance avant de procéder aux tests).

Choisir son assurance essai clinique

L’assurance essai clinique se trouve être indispensable et obligatoire, aussi bien pour les professionnels que pour les clients. Cependant, il convient de savoir parfaitement la choisir afin d’être protégé au mieux des diverses conséquences négatives pouvant résulter des essais. Ainsi, voici quelques conseils afin de procéder à un choix des plus judicieux :

– Trouvez une assurance qui connaisse parfaitement les différentes obligations en termes d’études cliniques. Ces réglementations pouvant différer suivant le pays ou les essais sont pratiqués, il convient d’être en accord avec les lois locales. De ce fait, l’assurance ne sera pas la même si les sujets recrutés proviennent de plusieurs pays différents.

– En fonction des pays, il existe plusieurs niveaux de garantie qu’il convient de connaître (certains n’imposent aucun niveau spécifique). De ce fait, il vous faudra choisir le bon niveau d’assurance en fonction du type d’étude, du produit soumis au test clinique, du nombre de participants à cet essai ainsi que du pays dans lequel il se trouve être réalisé.

– Comparez les franchises des différentes assurances qui vous sont proposées. Cette franchise représentant le montant de versement à la charge du souscripteur en cas de dégâts ou d’accident, les sommes engagées peuvent ainsi parfois être non négligeables pour les promoteurs.

– Choisissez votre assurance en fonction de son expérience, mais également de sa capacité financière à couvrir votre activité. Préférez un assureur capable de comprendre le domaine médical et de vous parler des risques et des dédommagements potentiels en cas d’essai clinique débouchant sur un litige. En effet, votre assureur se devra, en cas de nécessité, être présent et connaitre parfaitement les lois en vigueur dans le pays concerné.

Le choix d’une assurance essai clinique se trouve être à la fois obligatoire et primordiale, puisqu’elle permettra de couvrir non seulement les professionnels, mais également les clients, pour qui les conséquences d’un test négatif pourraient très bien être sérieuses.

Pour plus d’informations, découvre également l’Assurance responsabilité civile Biomédicale.